Stérilité masculine provoquée par le téléphone portable

Mobilité, partabilité et stérilité masculine !

Vous me direz qu’il  n’y a aucun lien entre ces mots. Et bien si, un effet potentiel de la téléphonie mobile est la stérilité chez les hommes qui en font usage de façon prolongée. Déjà en 2007, la Cleveland Clinic, un hôpital de référence mondial avait observé parmi ses patients une proportion élevée de stérilité chez les hommes qui communiquaient avec le téléphone portable pendant plus de 2 heures par jour par rapport à ceux qui l’utilisaient moins de deux heures quotidiennement. Depuis lors, de nombreux chercheurs se sont employés à éclaircir cette question.

Comme les modèles chez les mammifères peuvent être parfois extrapolés à l’homme, diverses expériences ont été menées sur des rats et des lapins dans des laboratoires dans de nombreux pays. La majorité de ces investigations (mais pas toutes) ont donné la même conclusion : les ondes émises par le téléphone portable perturbent la formation des spermatozoïdes chez ces animaux. Plus précisément, elles réduisent leur nombre, leur mobilité, leur viabilité et affectent leur forme normale. En gros, un spermatozoïde est constitué d’une tête, d’une partie intermédiaire, et d’une queue (appelée flagelle) qui l’aide à se déplacer dans l’organe génital de la femelle vers l’ovule pour la féconder. Pour que la fécondation soit un succès, il faut que les spermatozoïdes soient bien formés.

Certains spermatozoïdes de ces animaux soumis aux ondes électromagnétiques du portable avaient de petites têtes, d’autres de grosses têtes, d’autres encore des queues courtes ou enroulées, etc. Ce qui les rend inaptes à féconder l’ovule de la femelle. La façon dont s’opère l’effet des ondes sur les spermatozoïdes est mal connu : certains évoquent l’effet de chaleur de ces ondes sur les testicules, d’autres les possibles dommages qu’ils font subir à l’ADN de ces cellules, d’autres encore leur possible action sur d’autres parties spécifiques du spermatozoïde. Il n’y a pas encore de consensus dans la communauté scientifique.

Les mêmes malformations ont été observées chez les spermatozoïdes des hommes qui utilisaient le portable plus de deux heures dans la journée. Il ne s’agit pas d’une impuissance sexuelle. L’érection se fait normalement. Les rapports sexuels avec la partenaire se passent sans difficulté particulière. L’éjaculation se fait normalement et le sperme paraît normal à l’ œil nu. Mais c’est la qualité de ce sperme qui ne permet pas à la femme de tomber enceinte. Quatre caractéristiques principales des spermatozoïdes normaux sont affectées :

Le nombre : un sperme normal contient au moins 20 millions de spermatozoïdes par millilitre. Si le nombre est moins élevé (oligospermie), cela peut compromettre la fécondation de l’ovule. Une oligospermie a été parfois observée chez ceux qui étaient beaucoup exposés aux ondes du portable.

La forme normale : Il peut avoir trop de spermatozoïdes malformés (têtes irrégulières, allongées, grosses, queues courtes, enroulées etc.) et ceux-ci ne peuvent pas réaliser le travail souhaité : monter jusqu’à l’œuf de la femme et accomplir la fécondation.

La mobilité : le spermatozoïde doit « nager » dans le liquide spermatique qui l’environne et se déplacer dans l’appareil génital de la femme. Cette aptitude à se déplacer peut être affectée sous l’effet prolongé des ondes émises par le portable.

La viabilité : il existe un grand nombre de spermatozoïdes déjà morts à l’éjaculation.

Souvent hélas, dans certains contextes, c’est la femme que l’on va pointer du doigt. Rappelons que dans 50% des cas de couples infertiles, la stérilité vient de l’homme.

Bonne nouvelle !

La bonne nouvelle, c’est que selon les données actuelles (encore partielles), cette stérilité masculine provoquée par le téléphone portable n’est pas permanente. Dès que les spermatozoïdes malformés ou affectés sont évacués, on peut avoir une nouvelle vague de sperme de meilleure qualité. A condition que l’on arrête l’exposition prolongée aux ondes du téléphone portable. Il faut 74 jours en moyenne chez l’homme pour former une génération de spermatozoïdes. En théorie, il faudrait donc un délai minimum de 74 jours en moyenne après l’arrêt de cette exposition pour obtenir la première « génération » de spermatozoïdes de bonne qualité. Mais si les lésions vont au-delà des spermatozoïdes (testiculaires par exemple), le délai pourrait être plus long.

Précaution :

Pour éviter que les spermatozoïdes ne soient pas exposés de façon abusive aux ondes électromagnétiques du portable, il faut :

- limiter son temps de communication (moins de 2 heures par jour)

- éviter de mettre le portable dans les poches et de le porter dans un étui autour de la hanche

Au lieu de le porter sur le corps, on peut le mettre dans le sac, sur la table, le bureau etc.

En conclusion, l’effet des ondes émises par le téléphone portable sur la qualité du sperme chez l’homme n’est pas encore confirmé de façon définitive par la communauté scientifique. Cependant, il serait sage d’appliquer le principe de précaution : limiter le temps de communication et éloigner le portable du corps toutes les fois où cela est possible.

Pascal NiTIEMA : Médecin et Épidémiologiste / nitiemapascal@gmail.com

Commentaire

commentaire

Powered by Facebook Comments

Ce contenu a été publié dans Problèmes liés aux ondes, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.