Ondes électromagnétiques: les âmes sensibles ne s’abstiennent plus!

Ondes électromagnétiques: les âmes sensibles ne s’abstiennent plus!

Wifi, téléphone portable, micro-ondes, radar, ligne à haute tension, Bluetooth, ordinateur…aujourd’hui , au sein de notre société de consommation de plus en plus poussée, nous sommes tous concernés par ces appareils électroniques.

Mais sont-ils vraiment, sans effets sur notre santé?

Diverses explications peuvent nous faire penser le contraire. En outre, ce n’est pas anodin si, désormais, la question suscite des intérêts… alors, un petit retour en arrière pour faire le tour de la question s’impose.Au début des années 2000, une série de rapports excluait tout risque sanitaire lié, principalement, aux antennes relais. Ainsi, le rapport zmirou, rédigé par un groupe d’experts, innocente les antennes relais. Celui-ci, recommande toutefois, en vertu du principe de précaution, que les bâtiments « sensibles » (hôpitaux, crèches et écoles) situés à moins de 100 mètres d’une zone où est installée une antenne relais ne soient pas atteints directement par le faisceau de l’antenne. Trois ans plus tard, l’Association des maires de France et l’Association française des opérateurs mobiles (Afom) élaborent un guide des bonnes pratiques entre maires et opérateurs pour une plus grande transparence dans l’implantation des antennes relais. Ce n’est, réellement qu’en 2008 que les choses changent. En effet, en juin vingt cancérologues lancent un appel pour alerter les Français sur les dangers du portable. L’Académie de médecine s’insurge contre cet appel jugé dramatisant. Dans le même temps, une étude Belge montre une augmentation de la mortalité chez le rat exposé aux ondes utilisées dans les technologies mobiles. Et en octobre de cette même année, Bouygues Télécom est condamné par le Tribunal de grande instance de Nanterre. L’entreprise doit démonter une antenne relais dans la banlieue de Lyon , toujours, au nom du principe de précaution. Cette décision inédite est confirmée par la Cour d’appel de Versailles en février 2009.

Un certain nombre d’acteurs comme les associations ( Robin des Toits, Next-Up…) ont permis que la problématique liée aux ondes électromagnétiques fasse irruption sur la scène tant médiatique que politique. Ces organisations associatives se battent pour la reconnaissance des individus dits éléctrosensibles souffrant de divers symptômes ( fatigues chroniques, maux de tête très puissants, problèmes dermatologiques…) du fait de la proximité ou de l’usage d’appareils électroniques.

Même si les spécialistes scientifiques français demeurent divisés sur les réelles conséquences des ondes sur la santé (1), il n’en demeure pas moins que la reconnaissance juridique a permis une prise en considération plus sérieuse de ce phénomène.

En France, il existe même le projet d’ éco-village dans le sud-est .On parle, alors de Zone Blanche (ZB), qui garantissent aux personnes souffrant d’hypersensibilité électromagnétique de ne subir qu’une faible exposition aux radiations. C’est peut être le village de Soubey, dans le jura Suisse, qui a inspiré cette initiative puisque dans ce village qui se voudrait adapté aux « naufragés de la technologie »,le maire Samuel Oberli et le conseiller communal Nicolas Barth, veulent supprimer la seule et unique antenne de téléphonie. Pour faire face à son dépeuplement, Soubey souhaite brandir l’image d’une région préservée pour attirer des personnes électrosensibles. Les industriels de la téléphonie mobile sont résolument hostiles aux Zones Blanches et l’objectif gouvernemental est officiellement de zéro ZB en 2011. Autant dire que, dans ces conditions, mener une opération immobilière excluant tout rayonnement non ionisant tient d’un réel défi et nécessite de la discrétion.

Parallèlement, en terme commercial, les entreprises surfent sur cette tendance et souhaitent protéger les individus dits electrosensibles. Ainsi, sur internet, un large panel de produits est proposé, allant du « bonnet anti-ondes », à la « pochette anti radiation », en passant par « la peinture anti-ondes » , tout cela à des prix pas forcément abordables (2). On peut alors se demander si ces individus ne seraient pas devenu la cible et la proie des commerciaux en vue de faire du profit sur ces personnes…

Une lutte acharnée entre différents acteurs prônant des intérêts spécifiques ( industriels, associations, entreprises, spécialistes scientifiques…) a désormais commencée. Résultat de cet acharnement dans quelque temps…

En attendant, des centaines d’éléctrosensibles invitent à prendre quelques mesures afin de réduire les symptômes et/ ou risques: éviter l’exposition, déconnecter les sources de champs électroniques, utiliser un kit oreillette pour toute communication avec un téléphone mobile, utiliser des appareils faisant écran…

A vous de jouer!


Commentaire

commentaire

Powered by Facebook Comments

Ce contenu a été publié dans risques lié aux onde éléctromagnétiques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.