wi-fi cancérigène, ou quand le danger est au bout du sans fil

Wi-fi cancérigène

Une nouvelle étude vient d’établir le lien entre utilisation d’une connexion Wi-Fi et tumeur au cerveau chez les enfants, rapporte le Herlad Sun. Les experts qui ont étudié la véracité de ce lien de causalité – déjà envisagé mais jamais établi jusqu’ici – recommandent de proscrire purement et simplement les téléphones et ordinateurs portables des bancs d’écoles.

Du smartphone au cancer, en passant par le « babyphone« 

Les résultats de cette étude de grande envergure accablent les radiations électromagnétiques générées par les dispostifs reliés au réseau internet sans fil (alias le wireless ou Wi-Fi). Mais les ordinateurs et autres smartphones ne sont pas les seuls mis en cause: les « babyphones » et téléphones sans fil sont également incriminés. Tous ces appareils mettraient en péril le bon développement du cerveau des enfants. Le rayonnement électromagnétique dégagé par ces outils plébiscités dans toutes les familles à l’heure actuelle seraient source de cancers, notamment de tumeurs au cerveau. L’utilisation d’un GSM standard (communications téléphoniques simples) ne serait par contre pas concernée.

En attendant l’OMS…

Ces nouvelles conclusions scientifiques battent en brèche le discours de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui prétendait il y a peu que de telles ondes n’affectaient pas – ou dans une infime mesure – la santé de l’homme. Et pourtant, après des dizaines d’années de recherches infructueuses (mais pas nécessairement rassurantes) sur la question, les scientifiques pourraient désormais pencher pour les résultats dégagés par ces experts et pointer du doigt l’utilisation du sans fil comme origine de nombreux cancers, particulièrement chez les jeunes sujets.

… et si on se déconnectait?

En conclusion, le plus prudent, en attendant confirmation ou infirmation de cette découverte, serait d’éduquer nos enfants aux risques potentiels du Wi-Fi. De leur apprendre à privilégier le câble au sans fil, dès que c’est possible. Mais surtout, dans le monde actuel, agrippés à nos i-objets reliés en permanence au net et allumés de jour comme de nuit sur l’oreiller, peut-être ferions-nous preuve de bon sens en réapprenant les vertus de la touche « off ».


Commentaire

commentaire

Powered by Facebook Comments

Ce contenu a été publié dans risques lié aux onde éléctromagnétiques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.