3,5 milliards empochés en 2011 pour les fréquences 4G

3,5 milliards d’euros récoltés en 2011 pour la mise aux enchères des fréquences 4G

Lors du passage à la télévision numérique terrestre et suite à l’arrêt de la télévision analogique, un certain nombre de fréquences ont été libérées et regroupées sous l’appellation de dividende numérique. Désormais disponibles, ces plages ont ensuite été mobilisées dans le cadre de la 4G, via une mise aux enchères sous forme de blocs organisée par l’Autorité des télécoms.

Pour l’Etat, la vente de ces fréquences, issues du dividende numérique, est une très belle opération financière, avec la mise aux enchères des fréquences dans le cadre de la 4G. Cela a permis de récupérer près de 3,5 milliards d’euros.

Le ministre de l’industrie et de l’économie numérique a invité l’Agence nationale des fréquences à prospecter pour dénicher de nouvelles fréquences pour les services mobiles très haut débit. Les besoins en fréquence vont fortement augmenter au fil des années. En France, il y a désormais plus de 15 millions d’individus qui accèdent à Internet depuis leur téléphone mobile, et ce nombre va en grandissant. En parallèle, les usages des mobinautes nécessitent des débits toujours plus importants. Ces derniers permettent ainsi d’afficher des contenus multimédias plus gourmands en bande passante.


Commentaire

commentaire

Powered by Facebook Comments

Ce contenu a été publié dans décisions gouvernementales, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.