Trublion des télécoms

Free Mobile pâtit aussi de pétitions anti-antennes

L’opérateur free boit rouge à Bordeaux

 

Si on entend parler des difficultés d’Orange, SFR ou Bouygues à déployer leurs antennes relais, c’est désormais au petit nouveau, Free Mobile, de se frotter à la résistance de riverains particulièrement remontés. C’est notamment le cas à Bordeaux

En entrant sur le terrain des opérateurs mobiles, Free goûte aux joies inhérentes à ce secteur d’activité. Et en guise de bizutage, quoi de mieux qu’un collectif de riverains s’opposant à son arrivée, par pétition et collectif interposés ?

Sud-Ouest nous apprend que le quatrième opérateur rencontre quelques difficultés à installer ses antennes à Bordeaux, et ce en deux points différents.

À la recherche de « points hauts » pour ses antennes-relais, Free a arrêté son choix sur le toit d’une résidence sociale ICF (Immobilière du chemin de fer)… où la mobilisation anti-Free n’a pas tardé à se manifester. Vingt-sept des trente résidents de l’habitation ont lancé une pétition. Un collectif à l’encontre de l’opérateur a également été créé, et des tracts distribués aux riverains…

Affilié à l’association Robin des Toits, le collectif demande l’interdiction de l’installation de l’antenne de Free Mobile, au nom du « principe de précaution », et mettant notamment en avant la présence d’enfants dans l’immeuble. Le groupe de riverains a été reçu par la mairie, qui lui a simplement confirmé que Free Mobile agissait en conformité avec la loi en vigueur : les règles d’urbanisme sont respectées, et une « commission de concertation réunissant élus, opérateurs, associations de consommateurs et services municipaux a statué favorablement au projet », conformément à un arrêté municipal. Des mesures seront en outre réalisées sitôt l’antenne mise en place…

Même son de cloche dans le quartier bordelais de Caudéran ; ici, Free prévoit l’installation d’une antenne sur pylône, à plus de 27,5 mètres de hauteur. Le projet, installé à proximité d’une zone urbaine, respecte à nouveau les règles en vigueur… ce qui n’empêche pas quelques riverains de s’y opposer, notamment en raison de la présence de l’antenne d’un autre opérateur à 250 mètres. Si la crèche La Coccinelle semble bien au-delà des 100 mètres réglementaires, ils font valoir la présence d’antennes relais d’un autre opérateur sur un immeuble à 250 mètres. « Nous sommes très sensibles à ce problème d’ondes, dit un jeune couple avec un bébé, récemment installé, et on recense plusieurs assistantes maternelles dans le quartier. » Là encore, un tract et une pétition ont été mis en place contre le trublion des télécoms…

Si le trio d’opérateurs historique est habitué à de telles situations, c’est en revanche un tout nouveau métier à apprendre pour Free, qui devra faire son apprentissage… sur le tas 😉

Ouverture du blog : http://www.collectif-icf-st-germain.blogspot.com


Commentaire

commentaire

Powered by Facebook Comments

Ce contenu a été publié dans Collectifs ou associations, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Trublion des télécoms

  1. Ping : Petition antenne free au 99 rue amedee st germain à Bordeaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.